Que signifie Images par seconde ?

Lorsque vous travaillez sur un projet vidéo, il est important de comprendre comment les vitesses d'images influencent l'aspect final de vos visuels. La plupart d'entre nous savons que les clips vidéo sont seulement une séquence d'images figées (ou trames) qui défilent les unes après les autres, d'où le terme « vitesse d'images ». Également appelée fréquence d'images, la vitesse d'images est le nombre de fois qu'une vidéo capture une image pour créer une vidéo. Cette mesure est également utilisée pour les graphiques informatiques et jeux vidéo. En général, la vitesse d'images est définie comme « images par seconde » (ou FPS). 


Vous êtes à la recherche du clip parfait pour votre production vidéo ?
Shutterstock en possède des millions ! Explorez notre collection.


Comment nos yeux perçoivent les images ?
La vision de chaque individu est différente, mais une personne moyenne peut traiter environ 150 images par seconde. Il y a également une « fréquence de rafraîchissement » qui vous indique à quelle vitesse les images vacilleront. Elle est mesurée en hertz (Hz), et plus une image vacille rapidement à l'écran, plus elle semble réaliste à l’œil nu. 

Le concept de vitesse de rafraîchissement est né dans les anciennes salles de cinéma, où les projectionnistes passaient chaque image plusieurs fois pour réduire le sautillement. Ainsi, lorsque nous parlons de vitesse d'images (à savoir 24 FPS), nous faisons référence au nombre d'images uniques qui défilent chaque seconde. Ainsi, si la vitesse de rafraîchissement est de 72 Hz, cela signifie que chaque image défile (ou « est rafraîchie ») trois fois.   

Premiers standard concernant la vitesse d'images
Mais comment les pionniers de la cinématographie ont-ils adopté un standard FPS ? Les premiers films muets avait une variété de vitesses d'images, qui pouvaient varier entre 16 et 24 FPS, et ceci pouvait même changer en temps réel en fonction de l'ambiance d'une scène particulière. Comme les caméras étaient démarrées à la main, l'opérateur avait ainsi le contrôle total de la vitesse d'images. Les débats se sont poursuivis concernant une vitesse d'images idéale, et durant cette époque, Thomas Edison aurait déclaré que 46 FPS était la vitesse d'images la plus lente acceptable qui n'entraînerait pas de fatigue oculaire. 

À la fin des années 1920, les films muets ont augmenté leurs vitesses d'images entre 22 et 26 FPS. Lorsque le son a finalement été introduit en 1926, les réalisateurs et théâtres ont dû définir une vitesse d'images définitive, afin d'éviter les fluctuations dans la vitesse audio. C'est alors que 24 FPS est devenu la norme. Les prévisions d'Edison se sont également avérées bonnes, avec les projecteurs utilisant une vitesse de rafraîchissement minimum de 48 Hz (chaque image clignotant ainsi deux fois).  

Vitesse d'images dans le monde du film actuel
Dans l'industrie cinématographique moderne, 24 FPS est devenu la norme pour les films 35 mm, alors que certains réalisateurs et cinématographes expérimentaient de nouvelles vitesses d'images pour atteindre des styles visuels distincts. 

Par exemple, Peter Jackson (réalisateur de la série Le Seigneur des anneaux) a filmé le très célèbre Le Hobbit à 48 FPS, ce qui a donné des visuels beaucoup plus détaillés et réels. Mais il n'a également pas la qualité de rêve que les personnes associent aux films. Il ressemble davantage à une vidéo nature HD que vous voyez dans une émission télé, il nécessite ainsi des effets spéciaux et un maquillage plus élaborés pour rester crédible. 

  • Cet article vous a-t-il été utile ?

Vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ?